C’est l’heure de souffler les bougies ! Ce premier mai 2019, j’ai fêté mes deux ans en tant que graphiste freelance. Cet anniversaire est l’occasion pour moi de faire le bilan de mon année et de vérifier si j’ai répondu à mes objectifs.

Rappelez-vous, j’avais déjà rédigé un article l’année dernière. J’expliquais pourquoi et comment je m’étais lancée. C’est le moment de vous raconter la suite… 

Octobre 2018 : enfin de retour en Normandie !

Ayant grandi en Normandie au bord de la mer, mes quatre années à Paris ont été une expérience compliquée. La pollution, l’insécurité, le manque de verdure et d’espace… Mon souhait était de retourner dans ma région de cœur, la Normandie, et de m’installer au Havre avec mon compagnon.

C’est à la fin de l’été qu’on a posé nos valises au Havre, dans un appartement à deux minutes de la plage. J’ai craqué pour le graaand salon ensoleillé qui me permet d’avoir un coin bureau… et de l’espace pour un chien ! Mango est devenu mon collègue de bureau et mon compagnon de ballade.

vivre au havre avec un chien

 

Parmi les objectifs que je m’étais fixés l’année dernière, je souhaitais réaliser un premier voyage en digital nomad. Finalement je ne l’ai pas fait pour une simple raison : vivre au Havre a freiné mes envies d’escapades ! J’ai retrouvé ma sérénité. La forêt et les randonnées à flan de falaises à 10 minutes, un centre-ville commerçant, la plage et le port de plaisance, les bibliothèques, des bars et restaurants à l’ambiance familiale… Être une freelance heureuse c’est aussi apprécier pleinement son lieu de vie !

Mes clients historiques sont toujours là

Déménager au Havre ne m’a pas empêché de travailler avec mes clients historiques à distance : Le Groupe SEB, La Fondation Croix Saint Simon, la CCI de Hong Kong, Eurelis, mais aussi Talenvi qui m’a confié de beaux challenges en motion design. J’ai même rencontré le Groupe SEB dans leurs magnifiques locaux à Lyon pour travailler sur des stratégies en transformation digitale !

Je remercie tous mes clients pour leur confiance et leur enthousiasme. Chacun de vos projets me mettent au défi de vous surprendre et de me dépasser techniquement !

Le chiffre d’affaires en micro-entrepreneur, ou les montagnes russes émotionnelles

Comme tout freelance, je ne peux pas m’empêcher d’avoir cette petite boule au ventre pendant les mois creux. Être indépendant, c’est un incroyable ascenseur émotionnel ! Il peut m’arriver certains mois de faire zéro de chiffre d’affaires, et d’autres mois plus de 10 mille euros.

 

Heureusement, ma radinerie et mon sens de la prévention m’ont permis de mettre de côté, au cas où. Combien l’URSSAF va-t-il me réclamer ? Les impôts vont-ils me ruiner ?

J’ai appris à maîtriser mon budget et à canaliser mes angoisses. Être serein en freelance, c’est ne pas jeter son chiffre d’affaires par les fenêtres mais trouver le bon équilibre entre quotidien confortable et économies en cas d’urgence !

Une chose est sûre : mon activité de freelance m’apporte beaucoup plus que mon ancienne et courte vie de salariée. J’ai doublé mon salaire de CDI et doublé ma satisfaction à me lever tous les matins ! J’ai dépassé le chiffre d’affaires maximal de 35 200€ et suis redevable de la TVA. C’est le moment de trouver un comptable et d’aller encore plus loin.

avoir un crédit immobilier en tant que micro-entrepreneur

La joie de l’achat immobilier en tant que micro-entrepreneur

Mais il ne faut pas se faire de plans sur la comète… Même si mon chiffre d’affaires est enthousiasmant, les banquiers me rient au nez pour le moment. Lorsque j’ai demandé une simulation de crédit immobilier, le Crédit Agricole n’a même pas pris la peine d’étudier mon dossier. Le banquier m’a gentiment congédié et demandé de revenir avec mon bilan de trois ans.

Les micro-entrepreneurs souffrent encore aujourd’hui de cette discrimination. Pas de CDI, pas de maison pour bibi ! Il faut faire ses preuves, se battre, montrer de gros chiffres, de jolies attestations URSSAF et un bilan de trois ans – même si le micro-entrepreneur n’a nullement besoin d’un bilan comptable mais que ces-banques-absurdes-s’entêtent-à-le-demander-et-que-ça-te-rend-fou-mais-bon-c’est-la-vie.

Lancement de la boutique Fruits qu’on fit en décembre 2018 !

Après cet échec immobilier, je me suis lancée corps et âme dans mon projet personnel qui me tient à cœur depuis 2014 : Fruits qu’on fit. Entre deux missions et une balade à la plage, je profite de mon temps libre pour développer ce projet. J’ai d’abord fait la refonte du site de critiques cinéma et séries. Ce n’est plus seulement un blog mais un outil intuitif et amusant pour trouver des idées de films et de séries selon ses plus folles envies.

J’ai ensuite réfléchi à comment monétiser ce projet et ai décidé d’ouvrir une boutique e-commerce d’idées cadeaux geeks et insolites. Aujourd’hui encore, j’analyse, planifie, mets en œuvre des stratégies pour créer un cercle vertueux entre mon blog et ma boutique.

Je me suis immergée d’informations, de chaînes Youtube, d’articles autour du e-commerce et de la création de contenus sur le web. J’ai pour objectif de transformer ce projet amateur en une seconde source de revenus.

Adieu solitude, bonjour collectif d’indépendants !

« Passer d’un open space à seule dans son salon, c’est une gêne que je n’avais pas imaginée avant de me lancer. » Cette phrase, elle vient de mon article de l’année dernière.

En arrivant au Havre, cette solitude a été encore plus pesante car mes amis Parisiens étaient trop loin pour le traditionnel afterwork qui me faisait décompresser.

Faire des rencontres, créer un réseau, nouer de nouvelles amitiés… Ce n’est pas instantané lorsqu’on change de ville. L’année dernière, je disais : « Mon souhait est de réunir plusieurs compétences et profils complémentaires sur des projets complets et passionnants. »

Voilà qui est fait ! J’ai troqué mon salon contre un studio d’indépendants dans la communication. Quand j’ai rencontré Grégory qui est à l’origine du projet, on a immédiatement compris qu’on avait les mêmes ambitions. Sortir de notre zone de confort, travailler sur des projets de plus grandes envergures, challenger nos compétences… Et les cinq autres membres du collectif ont ce même état d’esprit !

Je vais travailler tous les matins au studio pour faire le plus d’idées et de bonne humeur. Tous créatifs, tous un peu fous, et surtout tous entrepreneurs endiablés, on revendique notre liberté tout en se la jouant mousquetaires.

Après brainstormings et apéros-débats, on a trouvé notre nom : Com’ des images. Nous travaillons maintenant sur notre site internet. Vous pouvez déjà nous suivre sur Instagram et Facebook ! Notre objectif : devenir un nouvel acteur de taille dans la communication au Havre. Proposer une offre alternative aux agences de communication. Travailler avec des entreprises et entrepreneurs locaux. Participer au développement du Havre et de sa culture. Et aussi… passer de bons moments de complicité.

Entre mon collectif Com’ des images, mes clients, mes contributeurs de Fruits qu’on fit… Mon quotidien de freelance est bien rempli et je suis prête pour la troisième année…Jamais deux sans trois !

Objectifs pour 2019 et 2020

  • Quitter le statut du micro-entrepreneur, devenir une société et avoir un comptable
  • Travailler sur des projets communs avec le collectif Com’ des images
  • Avoir un chiffre d’affaires secondaire en E-commerce
  • Recruter des stagiaires pour la gestion social media de Fruits qu’on fit
  • Faire de plus en plus de motion design
  • Préparer mon projet immobilier
Josepha Rouxel

Author Josepha Rouxel

Passionnée par la communication, l’écriture, le design et l’entrepreneuriat, le Branding est devenu une évidence pour moi ! Vous lancez votre entreprise ? Votre marque a besoin de renouveau ? Contactez-moi, prenons un café ou un verre et parlons de vos besoins !

More posts by Josepha Rouxel

Leave a Reply