Voilà déjà un an que je travaille en freelance. J’ai eu mon statut en mai 2017, mon premier client en juin… Voici l’heure du bilan : que retenir de cette première année en indépendante ?

Mai 2017 : pourquoi j’ai créé mon statut Micro-entrepreneur

En Mai 2017, je préparais mon Master Expert en Stratégie Digitale, Option Direction Artistique et UX Design à l’IESA Multimédia. A cette période de ma vie, j’étais pressée de vivre de belles expériences professionnelles, vous savez, les aventures entrepreneuriales pleines de rebondissements, les projets qu’on crée et élève comme un enfant, qui nous font pleurer de joie (et de stress aussi), qui nous font rire, qui nous poussent à sortir de notre zone de confort… Je rêvais de folies entrepreneuriales mais je ne savais pas sur quel sujet, avec qui, comment, pourquoi…

Et surtout, j’étais engagée à passer ce diplôme et à terminer mon contrat d’alternance dans une agence de communication. Je me suis alors dit que la création d’un statut Micro-entrepreneur pouvait être une porte d’entrée, une façon de commencer en douceur des missions en indépendant.

 

super-woman-conseils-freelance

De mai 2017 à février 2018 : comment j’ai concilié Diplôme, Alternance et Missions en freelance

Je vous l’accorde, ce n’était pas une période très sereine !

Dès le mois de juin, j’ai décroché ma première mission grâce à la plateforme Crème de la Crème. Cette plateforme met en relation les meilleurs étudiants freelance avec des entreprises. Malgré la lourde commission prélevée sur mon salaire, Crème de la Crème m’a permis de me lancer en douceur et de recruter mes premiers clients ! Ma première mission consistait à concevoir le design d’une application mobile, dans le respect d’une charte graphique et d’interfaces déjà existantes. Ce n’était pas le summum de la créativité mais j’ai adoré répondre à mon client : la mission s’est bien passée, le feeling est bien passé, si bien que nous travaillons de nouveau ensemble aujourd’hui ! :) Je me revois travailler dans le train en direction de la Normandie pour un week-end ensoleillé, traversant les champs de colza, mon ordinateur portable sur les genoux, en train de designer mes interfaces avec le sourire… Petite nostalgie et fierté de la première mission !

En septembre, toujours sur Crème de la Crème, j’ai eu la chance d’être sollicité par le Groupe SEB pour un gros projet en communication interne. Deuxième mission, et cette fois d’envergure : grosse pression ! J’ai alors travaillé pendant deux mois en parallèle de mon alternance et de mon diplôme sur cette grosse production : direction artistique (propositions de deux pistes), 6 motion design, fiches usages et template PowerPoint, emailing… Il m’a fallu rapidement trouver une organisation pour ne pas crouler sous la fatigue (et l’abrutissement de l’écran).

 

mocup-outlook-seb

 

C’est ainsi que j’ai commencé ma routine de travail : lever à 6h, travail sur mes missions Freelance de 7h à 9h, arrivée dans mon entreprise à 9h30, fin de la journée vers 18h30/19h et déconnexion jusqu’au lendemain. Les week-ends, je carburais sur mes missions freelance pour rattraper mes journées prises par l’alternance et mes cours.

Lorsque j’ai passé mon diplôme l’été dernier, que les cours et mon Alternance étaient terminés, il fallait que j’assure mon avenir – et vite ! Mon souhait était de retourner dans ma région de coeur, la Normandie, et de m’installer au Havre avec mon compagnon. Mais autant pour lui que pour moi, les offres d’emploi étaient très très bien cachées, si bien que nous avons dû nous rabattre sur Paris. Lui a trouvé un CDI, de mon côté j’ai profité d’une ouverture de poste en CDI dans mon agence où j’ai fait mon alternance. Mon poste est alors resté exactement le même, seul mon contrat changeait.

J’ai alors continué ma routine du 6h/19h pendant deux mois. J’enchaînais même parfois des journées de 6h/22h pour boucler les projets urgents. Très rapidement, j’ai ressenti une énorme frustration sur le fait d’avoir si peu de temps à consacrer à ma vie de Freelance. Alors que je venais de signer un CDI – qui est pourtant censé être le St Graal – je rêvais sur le fait d’avoir des journées entières consacrées à mes propres projets, mes propres clients.

Mon expérience en agence n’a pas été mauvaise, loin de là. J’y ai fait des rencontres exceptionnelles, j’ai appris de nombreuses méthodes de travail et de gestion de projets, je me suis perfectionnée dans ma maîtrise des logiciels, je me suis baignée dans le monde du digital et de la production WEB, et je me suis entraînée à être efficace, réactive, créative, compréhensive et patiente dans n’importe quelle situation.

Malgré tout cela, je sentais dans mon petit cœur tout mou la folle envie d’être indépendante, d’avoir mes propres clients, d’être polyvalente et de gérer toutes les étapes d’un projet…

 

démissionner pour devenir freelance

En février, la décision était prise : j’ai posé ma démission deux mois après la signature de mon CDI.

Imaginez ma honte en l’annonçant à la chargée du studio. Mais pour qui elle se prend celle-là, du haut de ces 23 ans ?  C’est surement ce qu’elle a pensé,  et j’espère qu’elle me pardonnera si elle lit cet article :) A toutes les personnes qui n’arrivent pas à sauter le pas : oubliez tous les petits démons et vos peurs, ignorez les remarques négatives de vos collègues, amis et famille. A partir du moment où vous êtes sûr de vous, que vous en avez l’envie et la possibilité financière : foncez.

4 mois de freelance à temps plein, ça donne quoi ?

Je ne regrette absolument pas de m’être lancée. J’en suis même extrêmement fière. C’est tellement gratifiant de fixer mes propres tarifs, d’avoir la relation directe avec mon client, d’être polyvalente et de gérer un projet dans son intégralité ! Mes clients me font confiance, et ça, c’est la meilleure des récompenses.

Grâce à ma première mission chez SEB, je m’étais déjà rendue compte que les salaires en freelance pouvaient être beaucoup plus intéressants qu’un salaire de salarié. Dès mon premier trimestre en freelance, j’ai doublé mon salaire de salarié. Depuis, je parviens à avoir ce salaire net chaque mois : le double de mon salaire de CDI, parfois un peu moins, parfois un peu plus, selon les mois. Ces chiffres, notés scrupuleusement dans mon tableau Excel me prouvent que m’être lancée n’a pas été une erreur, loin de là :)

Quant à mes clients… en 1 an, dont 4 mois à temps plein, il s’est passé beaucoup de choses !

  • Le Groupe SEB et moi ne nous sommes plus quittés depuis notre premier projet en octobre 2017. 15 projets réalisés ensemble, et bientôt 16 ! Je remercie toutes les personnes avec qui j’ai travaillé. Le freelance est une aventure fragile mais grâce à ces 15 missions, j’ai pu me lancer de façon sereine et travailler sur des projets passionnants : notamment tout ce qui concerne la transformation digitale du groupe !
  • Aurélien Bresson, Ex Google, Ex Groupe SEB, maintenant consultant en Digital, est lui aussi un client formidable, et je le remercie de penser si souvent à moi.
  • Travailler avec Joseph était une évidence au vu de nos prénoms ! :) Son projet Neispe correspond à ce que j’aime le plus : la création d’image de marque !
  • Merci à Emilie, Jessica et Delphine de la Fondation Croix St-Simon pour leur bonne humeur et les projets qu’elles me confient, ils me permettent d’œuvrer pour cette cause essentielle : le droit à l’accès aux soins de qualité pour tous.
  • Merci à Chantal de la CCI de Hong Kong, qui m’a également fait confiance pour une vidéo de Branding !
  • Merci à Ludovic de CrowdLoc et ConnecteDriver & SmartMobility qui m’a fait confiance lors de ma première mission, et qui maintenant me confie de nouvelles missions réjouissantes en Branding !
  • Et aussi à Héloïse et son projet passionnant A la douche Simone, à Luc d’Opteam Interactive qui me permet de garder un pied au Havre, à Sabine et Carole du réseau Wexample pour leurs opportunités de missions, et enfin à Cécile et Faustine de chez Creads qui vont me permettre de travailler pour une grande marque du secteur bancaire le mois prochain…

 

devenir-freelance-conseils

 

 

Le bilan : que retenir de cette première année de freelance ?

Le positif

  • Un meilleur équilibre vie pro / vie perso.
  • Un meilleur salaire.
  • Après 3 années d’alternance en entreprise, je suis enfin épanouie dans mon travail : être indépendante me permet d’être davantage autonome, polyvalente et force de proposition.
  • Etant timide et jeune diplômée, la vie de freelance me permet de sortir de ma zone de confort, de me challenger et de gagner en confiance en moi !
  • De belles rencontres et de beaux contrats grâce au networking (comme Shapr), et au bouche à oreille.
  • Plus de temps pour développer mes projets persos : Fruits qu’on fit et la photographie argentique.

Le négatif

  • La solitude au travail : passer d’un open space à seule dans son salon, c’est une gêne que je n’avais pas imaginée avant de me lancer.
  • Ces derniers mois ont été tellement bien remplis que je n’ai pas eu le temps de prospecter des clients dans le domaine qui m’intéresse le plus : le branding

Mes perspectives pour 2019

  • Continuer à travailler avec le Groupe SEB qui fait partie de mes clients historiques !
  • Me libérer petit à petit des Missions Exé ou trop éloignées de mes expertises pour prendre le temps de prospecter
  • Continuer à me spécialiser en Branding. Mon site est mis à jour, mon profil Malt, Shapr et Linkedin également. Il faut maintenant que je prospecte et rencontre des porteurs de projets qui ont des besoins en image de marque.
  • Trouver plus de temps pour rédiger des articles de blog en Branding
  • Travailler encore plus en équipe : j’ai déjà rencontré plusieurs partenaires qui sont en Home Page de mon site. Mon souhait est de réunir plusieurs compétences et profils complémentaires sur des projets complets et passionnants.
  • Gagner en expérience dans le Branding et pouvoir augmenter mes tarifs
  • Réaliser un premier voyage Digital Nomad !

C’est parti pour de nouvelles aventures !

Josepha Rouxel

Author Josepha Rouxel

Passionnée par la communication, l’écriture, le design et l’entrepreneuriat, le Branding est devenu une évidence pour moi ! Vous lancez votre entreprise ? Votre marque a besoin de renouveau ? Contactez-moi, prenons un café ou un verre et parlons de vos besoins !

More posts by Josepha Rouxel

Join the discussion 6 Comments

  • Delphine Rybakowski dit :

    Félicitation pour ce beau (début) de parcours ! Hâte de voir tes futurs projets et l’aventure que va devenir ta vie de freelance

  • Mao dit :

    Bravo, bravo, bravo ! Il faut toujours oser dans la vie, on peut avoir de (très) bonnes surprises. J’ai l’impression que tu as trouvé ta voie, ou en tout cas que tu es bien partie. Je te souhaite tout plein de réussite et de bonheur ! Tu le mérites, et je sais que tes clients et clientes sont entre de bonnes mains 😉
    Ton parcours est super inspirant et cet article est très motivant !!! Bon courage pour la suite !

    • Effectivement, pour avoir partagé une partie de nos études ensemble, on sait bien toutes les deux que trouver sa voie n’est pas si facile ! 😉 Merci Mao pour ce gentil message, je te souhaite aussi de belles aventures (pédagogiques ? 😀 )

  • Luz Eneida Delgado dit :

    Bon courage Josepha,
    Tu Geres!!!!

  • Julie dit :

    Whoua ! J’ai toujours autant de plaisir à te lire. Sacré parcours qui ne fait que commencer, bonne continuation (et bon anniversaire) !

Leave a Reply